L'éléphant d'Afrique

07 janvier, 2020

Un éléphant africain de la savane

A travers les âges, l'éléphant d'Afrique a su capter l'imagination des gens à travers le monde. Peu d'espèce animale n'a reçu autant d'attention que l'éléphant. Non seulement il est le plus grand animal terrestre, mais son intelligence, son extraordinaire capacité de communication, son espérance de vie similaire à celle des humains, son sens aigu de la famille et son étonnante capacité à comprendre le concept de mort ont fasciné les philosophes, les poètes, les scientifiques et le grand public.

Comment se déplace-t-il ? Comment communique-t-il ? Comment le reconnaître de son confrère d'Asie ? Comment interagit-il avec ses confrères ? C'est que vous allez découvrir tout de suite !

Comment reconnaître un éléphant d'Afrique ?

L'éléphant d'Afrique est le plus grand animal terrestre, les mâles atteignant en moyenne une hauteur de 4 m à l'épaule et pesant jusqu'à 7 000 kg (7 tonnes). Les mâles sont plus grands que les femelles à âge égal. La forme de la tête diffère également entre les mâles et les femelles. Chez les mâles, la tête est arrondie, tandis que chez les femelles, elle est anguleuse. L'éléphant d'Afrique est généralement de couleur grise, mais il paraît souvent brun ou rougeâtre lorsqu'il se vautre dans la boue d'un sol coloré de la savane... boue qu'il s'applique avec joie sur tout son corps !

La peau de l'éléphant peut atteindre jusqu'à 2,5 cm d'épaisseur, voire plus sur certaines parties de son corps, telles que la tête et le dos, tandis qu'elle est fine comme du papier dans d'autres zones, comme l'arrière des oreilles et autour de la bouche. Les jeunes éléphants sont couverts de poils brunâtres à rougeâtres, surtout sur leur dos et leur tête. Plus l'éléphant vieillit, plus la quantité de poils diminue. Les yeux de l'éléphant sont petits et sont protégés par de longs cils.

Les grandes oreilles fonctionnent comme des radiateurs de chaleur. On peut voir de nombreux vaisseaux sanguins sur les côtés arrière (médians) des oreilles où la peau a une épaisseur comprise entre 1 et 2 mm. Ces vaisseaux sanguins permettent la dissipation de la chaleur par le battement des oreilles lors des journées chaudes où il y a peu ou pas de vent. Les trous et les déchirures sur les bords des oreilles sont l'un des moyens les plus faciles de distinguer les éléphants entre eux et sont souvent utilisés dans les études de recherche comportementale pour identifier les individus.

Les deux dents incisives de l'éléphant sont modifiées en défenses très proéminentes qui dépassent de la mâchoire supérieure. Les défenses sont des instruments indispensables et polyvalents que l'éléphant utilise pour creuser pour trouver de l'eau, du sel et des racines, pour écorcer des arbres, comme leviers pour manœuvrer les branches et les arbres abattus, comme arme de défense et comme protection de la trompe. L'ivoire d'un éléphant présente un motif unique de guillochis ou de losanges lorsqu'on l'observe en coupe transversale.

La trompe de l'éléphant est un appendice préhensile et est souvent décrite comme la main de l'éléphant. Elle est une fusion du nez et de la lèvre supérieure et n'a ni os ni cartilage. En principe, la trompe est un long cône actionné par deux grands ensembles de muscles avec une paire de deux longs et larges tubes nasaux qui descendent au milieu. Il a une force, une délicatesse et une polyvalence étonnantes. La trompe est utilisée pour accomplir des fonctions telles que se nourrir, s'abreuver, épousseter, sentir, toucher, communiquer et soulever, et sert aussi à se défendre.

Un éléphant adulte peut retenir plus de 8 litres d'eau dans sa trompe, et utilise cette dernière pour boire de l'eau, mais aussi pour vaporiser de l'eau, de la poussière ou de la boue sur tout son corps dans le but de se rafraîchir. Les éléphants sont capables de ramasser une petite plume du sol avec leur trompe, sans l'abîmer ! 

Comment l'éléphant d'Afrique se déplace-t-il ?

Pour sa taille, l'éléphant est incroyablement mobile. Avez-vous déjà vu un éléphant sauvage debout sur ses pattes arrière se nourrir de fruits sur le haut d'un arbre ou glisser le long d'un haut talus au bord d'une rivière ? Les éléphants peuvent courir, marcher vers l'avant et vers l'arrière et nager, mais ne peuvent pas trotter, aller au petit galop, galoper ou sauter comme un cheval. Ils ont deux allures : la marche et l'amble. La marche peut être lente ou rapide tandis que l'amble consiste à lever les deux pieds d'un côté ensemble, comme peuvent le faire les chevaux par exemple.

Communication

Les éléphants disposent de divers moyens de communication et les scientifiques en apprennent toujours plus à leur sujet. Leur communication à courte distance consiste en des affichages tactiles (toucher), olfactifs (odorat) et visuels, tandis qu'à longue distance, ils communiquent par un répertoire large et varié de sons vocaux allant de la trompette aux appels infrasonores trop faibles pour l'audition humaine. Environ 30 signaux vocaux différents et distincts ont été déchiffrés à ce jour.

Les éléphants d'Afrique femelles peuvent distinguer les signaux vocaux des membres de leur famille ou de leur groupe d'appartenance des autres " étrangers ". Les matriarches sont capables de distinguer environ 100 individus différents par leur seul signal vocal. Des expériences de play-back ont montré que les éléphants peuvent distinguer des voix individuelles jusqu'à 2,5 km de distance. Ces signaux vocaux sont utilisés pour coordonner les mouvements du groupe et/ou pour avertir les autres du danger. Ils servent également d'appels de contact lorsque les membres du groupe sont dispersés sur de vastes zones.

Des études récentes ont également montré que les éléphants sont capables de capter les ondes sismiques causées par les éléphants qui piétinent (c'est-à-dire qui chargent ou qui courent), ou même les grondements à basse fréquence. Ces ondes se déplacent à travers le sol et sont captées par des corpuscules sensoriels spéciaux situés dans les pattes et le bout de la trompe. Les grondements que nous entendons souvent chez les éléphants ne sont pas produits dans l'estomac (grondements d'estomac) comme beaucoup le croient, mais plutôt par le larynx. Certains signaux vocaux, comme celui de la "trompette", sont modifiés par la résonance du tronc.

Deux éléphants qui communiquent entre eux

Répartition géographique de l'éléphant d'Afrique

La présence de l'éléphant d'Afrique s'étend sur la plus grande partie du continent africain, en-dessous du désert du Sahara. Les éléphants d'Afrique sont actuellement présents dans 37 pays d'Afrique subsaharienne. On sait qu'ils ont disparu du Burundi dans les années 1970, de Gambie en 1913, de Mauritanie dans les années 1980 et du Swaziland en 1920, où ils ont été réintroduits dans les années 1980 et 1990. Bien qu'il reste de grandes étendues contiguës d'éléphants dans certaines parties de l'Afrique centrale, orientale et australe, la répartition des éléphants est de plus en plus fragmentée sur le continent. Dans les années 1890, presque tous les éléphants d'Afrique du Sud ont été exterminés, laissant trois ou peut-être quatre populations reliques à l'intérieur des frontières de l'Afrique du Sud.

Depuis lors, les éléphants d'Afrique du Sud ont connu une période de croissance soutenue en raison de l'annonce et de la clôture de parcs nationaux dans lesquels évoluaient des éléphants, de l'accroissement naturel de la population, de la création de nouveaux parcs nationaux et de réserves naturelles provinciales réservées aux éléphants et, plus récemment, de l'établissement de petits troupeaux dans des réserves naturelles privées et des ranchs de gibier. Aujourd'hui, en Afrique du Sud, les éléphants sont présents dans toutes les provinces, à l'exception de l'Etat libre et du Cap Nord.

Habitat

Les éléphants d'Afrique sont présents dans une grande variété d'habitats, des prairies ouvertes aux régions forestières, y compris la savane aride ouverte ou le désert, et les zones humides contrastées des marais et des rives des lacs, du niveau de la mer aux régions montagneuses de haute altitude. En Afrique du Sud, les éléphants sont présents dans la plupart des types d'habitats tels que les régions de bushveld du Lowveld et le Zululand (province du KwaZulu-Natal), ainsi que les habitats de fourrés du Cap oriental qui s'étendent dans les forêts du Cap méridional. Il a été démontré que les principaux réseaux fluviaux impactent énormément la répartition des éléphants.

Les éléphants n'ont pas l'esprit territorial. Toutefois, chaque famille ou clan peut avoir un domaine vital spécifique et ceux-ci peuvent se chevaucher. Les éléphants peuvent parcourir de grandes distances à la recherche de fourrage et d'eau. Les domaines vitaux des éléphants varient selon la période de l'année, l'habitat et le climat et peuvent être aussi petits que 15-50 km2 ou aussi grands que 500-6 000 km2.

Avec l'érection de clôtures, en particulier en Afrique du Sud, les schémas migratoires des éléphants ont été considérablement restreints. Mais à l'intérieur d'un périmètre donné, il y a aussi un comportement qui a été détecté, qui est plutôt un changement de comportement saisonnier (c'est-à-dire de l'hiver à l'été ou de la saison sèche à la saison humide). En dehors de leurs déplacements liés à la disponibilité de la nourriture et de l'eau, les éléphants peuvent parcourir de longues distances pour se rendre aux salines à la recherche de minéraux spéciaux.

Nourriture

Les éléphants sont des méga-herbivores. Ce sont des érudits qui peuvent ainsi utiliser diverses ressources alimentaires. Selon les disponibilités, les éléphants se nourrissent de broussailles et d'herbe. Lorsque de l'herbe fraîche est disponible, ils la favorisent car c'est leur régime préféré. Quand il n'y a pas d'herbe disponible, les brindilles, l'écorce et les racines prennent le relais, surtout pendant la saison sèche. Dans les régions pauvres en minéraux, les minéraux sont souvent complétés par la consommation de terre et de sel. Un mâle adulte consommera 300-400 kg de fourrage frais par jour, et une femelle environ 250 kg.

Par conséquent, un éléphant consomme environ 6-8% de son propre poids corporel quotidiennement, mais ne digère qu'environ 30-35% de ce qu'il mange, puisque la fermentation a lieu dans l'intestin postérieur, qui est un système moins efficace que la rumination. C'est pourquoi les bouses d'éléphants sont pleines de matière végétale. Les éléphants ont besoin d'eau fraîche tous les jours. Une trompe d'eau contient 5 à 10 litres et un éléphant boira entre 100 et 200 litres par jour.

Reproduction

L'éléphant d'Afrique est une espèce qui vit longtemps, les deux sexes vivant à l'état sauvage jusqu'à environ 50-60 ans. Les deux sexes peuvent se reproduire en moyenne jusqu'à un âge de 48-56 ans. Le nombre de petits qu'une femelle mettra au monde au cours de sa vie dépend de l'âge de sa première mise-bas (entre 8,4 et 15,8 ans) et du nombre d'années entre les naissances (entre 1,8 et 13 ans). L'âge moyen de la première mise-bas a tendance à être plus bas pour les populations sud-africaines, les femelles ayant leurs premiers éléphanteaux à un âge moyen de 11 ans (âge médian = 11,9 ans).

Hors de l'Afrique du Sud, les femelles ont leurs premiers petits à un âge moyen de 14 ans (âge médian = 13,5 ans). L'intervalle entre les mises-bas des éléphantes à travers l'Afrique varie entre 1,8 et 13,5 ans, mais en Afrique du Sud, les éléphants femelles mettent bas en moyenne tous les 4,2 ans (âge médian = 3,8 ans) après une période de gestation d'environ 22 mois. Les mâles atteignent la maturité sexuelle à 15-18 ans dans des conditions naturelles, mais en raison de contraintes sociales, la majorité des accouplements seront effectués par des mâles de plus de 35 ans.

Interactions familiales

Les éléphants d'Afrique vivent dans un groupe fluide et dynamique, les mâles et les femelles se déplaçant dans des sphères séparées mais qui se chevauchent. Les femelles et les jeunes vivent dans des unités matriarcales très unies, tandis que les mâles mènent une existence plus solitaire avec peu de liens sociaux.

La société féminine est basée sur des relations complexes à plusieurs niveaux. L'unité sociale principale est la famille, une unité coopérative et coordonnée composée de plusieurs femelles apparentées et de leurs progénitures immatures. Une famille peut compter de 2 à 30 individus, et les femelles resteront dans leur famille maternelle toute leur vie. Le niveau suivant voit la fusion de plusieurs familles apparentées en groupes dotés de liens plus importants. La plupart des groupes se forment lorsque les unités familiales deviennent trop grandes et commencent à se diviser. Les associations entre les groupes sociaux de base peuvent persister pendant des décennies après le décès de la famille maternelle d'origine. Au-dessus de ce niveau se trouve le clan, composé de familles et de groupes d'attaches qui partagent le même domaine vital pendant la saison sèche.

La femelle la plus âgée du troupeau est appelée la matriarche et elle est le chef du groupe familial. La raison pour laquelle la femelle la plus âgée est à la tête du troupeau est simple : c'est elle qui a le plus de connaissances et une expérience de toute une vie... elle est donc la mieux placée pour prendre des décisions pour le troupeau, surtout en période de sécheresse. Au sein du troupeau, tous les éléphants ont une fonction et tous travaillent ensemble pour le bénéfice du troupeau. Les jeunes femelles remplissent le rôle de baby-sitters ou de mère de substitution. Plus récemment, la science a également déterminé que l'âge de la matriarche peut jouer un rôle dans la position du troupeau dans la hiérarchie générale.

Les mâles ont une structure sociale distincte mais tout aussi complexe. Les jeunes mâles quitteront leur troupeau maternel vers l'âge de 15 ans et se joindront à la société des mâles où les plus âgés affirment une forte domination sur les plus jeunes. Un mâle ne pourra se mesurer avec succès aux femelles que lorsqu'il aura plus de 35 ans. Lorsqu'il s'agit de s'accoupler, les mâles en période de musth sont plus agressifs que ceux qui ne sont pas en période de musth, ce qui leur confère un avantage compétitif distinct, et sont également préférés comme partenaires d'accouplement par les femelles qui sont en période d’œstrus. Le musth est une période d'environ trois mois pendant laquelle le niveau de testostérone du taureau augmente de façon significative (jusqu'à 60 fois plus élevé que le niveau de base).

Un troupeau d'éléphants boit de l'eau dans la savane

Vue d'ensemble 

Amis et ennemis

L'humanité représente encore la plus grande menace pour les éléphants, par la compétition pour les terres et les ressources qu'elle engendre et sa demande insoutenable d'ivoire qui a conduit au massacre de millions d'éléphants au cours des deux derniers siècles.

Dans la nature, très peu de créatures représentent une menace pour les éléphants. Il a été prouvé que les lions chassent les jeunes éléphants dans des endroits tels que le delta de l'Okavango, mais les éléphants peuvent aussi avoir un impact sur la survie d'autres espèces.

Ainsi, les éléphants peuvent favoriser la création de nouveaux habitats, l'augmentation des ressources alimentaires et fournir de l'eau pour certaines espèces, mais peuvent aussi contribuer à diminuer l'habitat disponible pour d'autres espèces. Par exemple, les éléphants se nourrissent des grands arbres qui servent de sites de nidification pour certaines espèces de vautours. Cela réduit d'autant les sites de nidification disponibles pour les vautours mais crée un micro habitat pour certains petits animaux et des jeunes plants.

Stratégies et intelligence

Les éléphants sont des créatures très adaptatives. Ils utilisent une grande variété de sources de nourriture et peuvent digérer des matières très fibreuses comme l'écorce des arbres. Leur trompe peut être considérée comme leur main et est utilisée pour se nourrir, s'abreuver, communiquer et se défendre. Les défenses sont également utilisées pour se nourrir, par exemple pour déterrer des racines, casser des brindilles et écorcer des arbres, ainsi que pour se défendre et se montrer. Les éléphants, comme les humains, peuvent être soit gauchers, soit droitiers.

Pour savoir si un éléphant est gaucher ou droitier, il suffit de regarder quelle est sa défense préférée - elle sera plus courte et aura une petite entaille vers la pointe de la défense. En utilisant leurs pattes avant et leurs défenses, les éléphants ont la capacité de creuser pour trouver de l'eau dans les lits de rivières asséchées. Les éléphants sont considérés comme des ingénieurs de l'écosystème. Ils ont la capacité de modifier leur environnement, tout comme les humains. Dans certains cas, cela peut se faire au détriment d'autres espèces végétales et animales plus sensibles.

Non seulement les éléphants sont capables d'utiliser efficacement des outils, mais ils ont également réussi le test d'auto-identification par miroir comme l'ont fait les singes et les dauphins. Le cerveau des éléphants possède un hippocampe relativement grand par rapport à celui des primates, ce qui peut expliquer leur importante mémoire sociale. Par conséquent, ils peuvent percevoir leur propre évolution dans l'espace par rapport aux autres individus, et il a également été démontré que les éléphants peuvent classer des sous-groupes d'humains en fonction des niveaux de danger qu'ils peuvent représenter.

Les humains représentent toujours la plus grande menace pour les éléphants et leurs réponses hormonales au stress conséquentes à des activités humaines particulières (comme la chasse, l'immobilisation, la mobilité ou le tourisme) ont été mesurées avec succès. On sait que les éléphants se préoccupent des individus décédés ou qu'ils offrent leur aide aux congénères en détresse. Les recherches nous ont montré que les éléphants s'intéressent davantage aux crânes et à l'ivoire d'éléphant qu'à d'autres objets naturels. Nous savons maintenant que les individus les plus âgés d'un groupe ont renforcé la discrimination sociale et, par conséquent, sont d'importants dépositaires des connaissances sociales.

Un monde plus pauvre sans éléphant

Les éléphants sont une espèce clé, ce qui signifie que leurs interactions avec d'autres espèces génèrent des effets importants directement en rapport avec leur abondance. L'éléphant d'Afrique, plus spécifiquement, est un architecte d'écosystème et un jardinier sans pareil. La dégradation des arbres crée des micro-habitats pour les jeunes plants et les petits vertébrés et invertébrés. Les excréments sont une source de nourriture pour les coléoptères et une variété d'oiseaux et un mécanisme de dispersion pour de nombreuses espèces d'arbres.

Même des espèces telles que le bucorve du Sud et la chevêchette perlée dépendent des éléphants puisque ces derniers favorisent la création de sites de nidification dans les creux des vieux arbres morts. Pendant les mois d'hiver secs, les éléphants creusent des trous dans le lit des rivières asséchées pour accéder à l'eau, qui est ensuite accessible pour toutes les autres espèces dépendantes de l'eau. Leurs grands pieds créent des sentiers à travers les fourrés, ce qui permet à d'autres espèces plus petites de les suivre, et nous est même utiles à nous, humains, lors de nos randonnées dans la brousse africaine. Par leurs habitudes alimentaires, ils rendent la végétation disponible pour d'autres brouteurs, maintiennent la structure de la savane en réduisant le rapport arbres/graminées et créent des microclimats riches en nutriments sous les arbres morts. Dans l'ensemble, leur effet est une augmentation de la biodiversité, des acariens jusqu'aux mammifères.

L'éléphant est également une espèce "parapluie" : Ce sont des espèces qui ont besoin de vastes zones d'habitat approprié pour maintenir leurs populations viables, et dont on pense que les besoins de perpétuation encapsulent ceux d'espèces associées. Les éléphants ont de grands domaines vitaux et ont besoin de grandes zones intactes pour préserver leurs populations. En créant des zones dans lesquelles nous protégeons les éléphants, nous protégeons en fin de compte une vaste gamme d'autres espèces qui partagent leur habitat avec les éléphants.

Et enfin, les éléphants sont des espèces phares. Ce sont des espèces qui peuvent facilement attirer le soutien du public pour leur conservation, et nous pouvons donc orienter une grande partie de nos efforts de protection sur la préservation des éléphants, d’autres espèces étant moins susceptibles d'attirer l'attention du public. Les éléphants partagent de nombreux attributs avec les humains, tels que leur conscience, leur extraordinaire communication, leur bonne mémoire, leur espérance de vie similaire, leur fort sens de la famille, leur capacité à planifier l'avenir et leur conscience de la mort. Ils soulèvent des émotions et des sujets entourant la bioéthique et les droits des animaux à un niveau plus élevé que toute autre créature.

Les êtres humains par rapport aux éléphants

L'importance des éléphants vis-à-vis des hommes ne peut pas être jugée uniquement sur la base de leur valeur économique et pratique. Ils ont longtemps eu une grande importance en tant que symboles sur les timbres, les armoiries et autres objets décoratifs. Ils figurent également dans les mythes, les légendes et la littérature. Des artistes millénaires, des peintres de grottes à Banksy, ont ressenti le besoin de représenter les éléphants, et l'éléphant est également bien représenté dans le folklore des forêts et des plaines d'Asie tropicale et d'Afrique.

Même dans les cultures occidentales où l'éléphant n'est pas présent, son influence a été ressentie dans le folklore et dans l'art. Dans certaines religions telles que l'hindouisme et le bouddhisme, l'éléphant joue un rôle important, par exemple le dieu hindou de la sagesse Ganesh à tête d'éléphant, et le bodhisattva du Chaddanta-Jâtaka.

Depuis 2000 avant J.-C., les éléphants sont utilisés comme bêtes de somme, comme moyen de transport, comme machine de guerre et pour le divertissement des gens dans les cirques. Dans les temps modernes, les éléphants sont principalement utilisés dans l'industrie du tourisme. En Afrique du Sud, les éléphants sont principalement utilisés pour l'observation dans le cadre de safaris photographiques, mais sont également considérés comme des trophées au sein de l’industrie de la chasse aux trophées. Les éléphants font partie des Big 5 (Big Five, c’est-à-dire les cinq animaux qui sont mis en avant par les autorités touristiques, que ce soit lors des chasses aux trophées ou lors des safaris photographiques ), ils peuvent être très dangereux, surtout lorsqu'ils sont provoqués ou stressés.

Lorsque vous observez des éléphants dans une réserve ou un parc national, n'oubliez jamais qu'ils ont la priorité. Ralentissez toujours lorsque vous vous approchez d'un troupeau d'éléphants et respectez leur espace personnel. N'approchez jamais les troupeaux à moins de 30 m et n'essayez pas de vous frayer un chemin à travers un troupeau reproducteur.

Groupe d'éléphants dans la savane africaine

L'état de conservation et ce que l'avenir leur réserve

Actuellement, la principale menace pour la population mondiale d'éléphants est le braconnage et le commerce illicite de l'ivoire. La perte et la fragmentation de l'habitat causées par l'expansion continue de la population humaine et la conversion rapide des terres sont des menaces actuelles et permanentes pour l'éléphant en Afrique. Une manifestation spécifique de cette tendance est l'augmentation signalée des conflits homme-éléphant, qui aggrave encore la menace qui pèse sur les populations d'éléphants. Selon le rapport de TRAFFIC International (2013) de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction), Groupe de spécialistes africains de l'UICN/SSC, le taux de braconnage de 7,4% en 2012 reste à un niveau insoutenable car il dépasse les taux de croissance naturelle de la population qui ne dépassent généralement pas 5%.

L'Afrique centrale affiche constamment les niveaux globaux de braconnage les plus élevés, contrairement à l'Afrique australe, qui affiche les niveaux globaux les plus faibles. A travers l'Afrique centrale et dans certaines parties de l'Afrique de l'Est, il semble que l’on soit en face d’une diminution de plus de 60% du nombre d'éléphants au cours des 10 dernières années.

L'éléphant d'Afrique est inscrit à l'Annexe I de la CITES depuis 1989, mais les populations des États des aires de répartition suivants ont depuis été transférées à l'Annexe II avec des annotations spécifiques : Afrique du Sud (2000), Botswana (1997), Namibie (1997) et Zimbabwe (1997). Ces annotations ont été récemment remplacées par une seule annotation pour les quatre pays, avec certaines sous-annotations spécifiques pour les populations de Namibie et du Zimbabwe.

L'éléphant d'Afrique est soumis à divers degrés de protection juridique dans tous les États des aires de répartition. Bien qu’un maximum de 80% de l’aire de répartition de l'espèce se trouve sur des terres non protégées, la plupart des grandes populations se trouvent dans des zones protégées. En Afrique du Sud, les éléphants sont bien protégés par la législation nationale et provinciale et, à l'heure actuelle, il n'y a pas de menaces majeures pour la population des éléphants d'Afrique du Sud. Une menace future possible et probable est l'augmentation du braconnage des éléphants pour le commerce illicite de l'ivoire. Dans certains cas, les éléphants des petites réserves sont gérés de manière intensive (par exemple, par la contraception) pour contrôler la taille des populations. Les effets possibles à long terme de ces mesures sur la structure sociale et le comportement des éléphants n'ont pas encore été évalués.

En Afrique du Sud, les éléphants sont utilisés pour la chasse au trophée, le tourisme photographique et les loisirs (par ex. les populations captives) conformément à la politique d'utilisation durable prescrite par le National Environmental Management : Loi sur la biodiversité No. 10 de 2004 (NEMBA). Depuis 2008, les éléphants sont gérés conformément aux Normes et standards nationaux pour la gestion des éléphants en Afrique du Sud (National Norms and Standards for the Management of Elephants in South Africa), Journal Officiel No. 30833, 29 février 2008. L'espèce est inscrite sur la liste des espèces protégées en vertu de la section 56 du NEMBA et diverses ordonnances et lois provinciales assurent une protection législative supplémentaire.

Liens de parenté animale

L'évolution de l'éléphant des temps modernes a débuté il y a environ 55 millions d'années, à l'époque éocène. Deux espèces vivantes subsistent aujourd'hui, à savoir l'éléphant d'Afrique (Loxodonta africana) et l'éléphant d'Asie (Elephas maximus). Actuellement, deux sous-espèces sont reconnues chez l'éléphant d'Afrique, à savoir l'éléphant de forêt (Loxodonta africana cyclotis) et l'éléphant de savane (Loxodonta africana africana). Trois sous-espèces d'éléphants d'Asie sont reconnues, à savoir la sous-espèce sri-lankaise (Elephas maximus maximus), la sous-espèce continentale (Elephas maximus indicus) et la sous-espèce de Sumatra (Elephas maximus sumatranus). La seule sous-espèce présente en Afrique du Sud est l'éléphant de savane (Loxodonta africana africana).

Les plus proches parents vivants de l'éléphant sont les hyrax (ordre Hyracoidea) et les siréniens (ordre Sirenia) comme le lamantin et le dugong. Il existe une longue liste complexe d’individus qui relient les Proboscidea, Sirenia et Hyracoidea. Un exemple est la disposition des os du poignet ou du carpe. Chez la plupart des mammifères, les os du carpe sont disposés en quinconce, mais chez les Proboscidea, les Sirenia et les Hyracoidea, les os du carpe sont disposés en série. Les résultats des expériences biochimiques ont également montré sans équivoque que les parents vivants les plus proches de l'éléphant sont les siréniens, les hyrax et les oryctéropes.

Classification scientifique

L'éléphant d'Afrique appartient à l'ordre Proboscidea (nom scientifique) qui est dérivé du mot grec proboscis qui signifie "devant la bouche", en référence à la trompe de l'éléphant. Loxodonta provient du mot grec loxo, qui signifie "à face oblique", et donta, qui signifie "dent".

Classe : Mammalia
Ordre : Proboscidea
Famille : Elephantidae
Genre : Loxodonta
Espèces : L. africana (Blumenbach 1797)


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.